Daucé et Charpentier : un Orphée magique

Contemporain de Lully, Marc-Antoine Charpentier est peut-être le musicien qui aura souffert le plus de l’interdit pour tout autre musicien de présenter des tragédies lyriques. En effet, le compositeur aura durant toute sa vie imaginé des ouvrages tragiques en marge de la grande forme mise en place par le favori de Louix XIV et il faudra attendre la mort de Lully pour qu’enfin Charpentier puisse présenter sa fameuse Médée, ouvrage qui n’aura pas le succès espéré lors de la création mais qui de nos jours est considéré comme l’un des plus passionnant exemple de ce grand genre tragique. Avant, nous avions eu des pastorales, des petits opéras courts… mais jamais ces grands sentiments sur cinq actes. Il avait aussi composé ses deux tragédies bibliques et plus particulièrement David et Jonathas qui (malgré le manque de la partie parlée de l’ouvrage telle qu’il a été imaginée) reste un sommet de l’opéra baroque de l’époque lui aussi. Cette Descente d’Orphée aux Enfers fait suite à Actéon (1684)et aux Arts Florissants (1685), tous composés pour Mademoiselle de Guise qui tenait une petite cour à laquelle était rattaché Charpentier. Continuer…

Dans les Jardins de William Christie 2017 : An English Garden

Comme chaque année, William Christie ouvre son domaine aux amoureux des jardins et de la musique baroque. Comme chaque année l’on peut admirer les beautés des nouvelles plantations mais aussi écouter les nouvelles découvertes du chef d’orchestre. Car dans ce lieu, c’est le mélange entre musique et horticulture qui devient magique, ces cadres magnifiques et intimes pour de superbes moments de musique en petit comité. Pour cette sixième édition, ce sont encore des musiciens chevronnés qui côtoient de jeunes étudiants de New-York… des membres historiques des Arts Florissants qui regardent d’un œil bienveillant la future génération de musiciens ou de chanteurs. Et comme toujours l’ambiance est clame et bienveillante, chacun des artistes étant là pour se faire plaisir en même temps qu’éblouir les oreilles du public qui vient ici dans le respect non seulement des lieux, mais aussi du maître des lieux qui sait imposer une certaine discipline paternaliste. Encore un beau voyage au pays du baroque… parfois originale mais toujours d’une grande qualité artistique ! Continuer…

Charpentier : Médée, la seule et l’unique!

Musicien accompli, Marc-Antoine Charpentier a subit l’autorité absolue de Lully durant une bonne partie de sa vie de compositeur. Alors que les quelques partitions tragiques qui nous restent du musicien sont passionnantes, il ne nous a finalement légué qu’une seule grande tragédie en musique. Cette Médée contient tout le savoir-faire de ce grand musicien qui sait respecter les règles formelle de l’exercice sans pour autant lisser son langage plus chatoyant que celui qui régnait sur la scène de Versailles. Bien sûr, nous pouvons nous réjouir l’oreille avec David et Jonathas ou d’autres compositions plus courtes… mais il leur manque ce petit quelque chose de grandiose qui est ici contenu. Voir Charpentier à Versailles semblerait presque être une revanche sur l’histoire, mais c’est surtout la possibilité pour le public de vivre cette grande histoire dans toute sa dimension artistique et dramatique dans un lieu parfait pour ce répertoire. La venue régulière des artistes de Toronto est un vrai bonheur pour les amateurs de baroque français ! Continuer…

Alcyone, entre tradition et nouveauté

Élève de Lully, Marin Marais a baigné depuis ses débuts en tant que musicien professionnel dans la tragédie lyrique telle que pensée par son maître. Il était donc logique qu’il se laisse tenter par une composition d’un opéra et Alcyone ouvrira sa prise de fonction en tant que batteur de mesure à l’Académie royale. Mis en lumière dans le film Tous les matins du monde, ce compositeur a le soutien de Jordi Savall qui voulait depuis de nombreuses années monter une production scénique de cette œuvre. Si l’on avait déjà un enregistrement réalisé en 1990 par Marc Minkowski ainsi que Sémélé dirigé par Hervé Niquet en 2006, la production lyrique de Marin Marais n’était que peu disponible malgré le succès qu’il a eu en son temps. En effet, créée en 1706, la partition sera reprise jusqu’en 1771 avec des adaptations et des révisions mais toujours avec le même succès. L’Opéra-Comique offrait enfin la possibilité au chef de réaliser l’un de ses plus grands souhaits, mais aussi au public de découvrir la puissance théâtrale de l’ouvrage qui revient sur la scène d’un théâtre 246 ans après sa dernière production scénique. Autre raison de se réjouir, la salle de l’Opéra-Comique est enfin ré-ouverte après vingt mois de travaux et comment rêver un meilleur écrin pour ce retour sur scène d’Alcyone qu’une salle merveilleusement restaurée avec un chef aussi passionné par Marin Marais ? Continuer…

Cyril Auvity, divin Orfeo de Monteverdi

Création 2017 Théâtre de Caen Orféo

Depuis quelques années, Paul Agnew explore tous les livres de madrigaux de Claudio Monteverdi. Après avoir chanté et donc dirigé cette très large composition de celui qui est considéré comme l’inventeur de l’opéra, le haute-contre nous propose un Orfeo où il met non seulement en avant la beauté de la partition, mais aussi tout le talent des Arts Florissants en tant qu’ensemble instrumental comme vocal. Car au travers de cette production, c’est toute cette grande famille qui est mise en lumière. Le chef historique William Christie cède sa place à son protégé mais les participants sont les amis de toujours, les admirables musiciens qu’on retrouve dans de nombreuses productions de l’ensemble. Présentée comme uniquement mise en espace dans le programme de la Philharmonie de Paris, ce spectacle sera finalement total car c’est l’intégralité de la mise en scène créée à Caen qui est offerte au public pour une immersion dans un monde musical et mythologique sidérant de beauté. Continuer…

Orfeo de Rossi : Immense réussite

Acte I : Francesca Aspromonte (Eurydice), Judith van Wanroij (Orphée)

Lorsque l’on évoque le personnage d’Orphée à l’opéra, on pense bien sûr à l’œuvre de Monteverdi qui a été considéré à tord comme le premier opéra… ou encore les différentes partitions de Gluck… voir même l’Orphée aux Enfers d’Offenbach. Mais restent dans l’ombre des partitions fascinantes concernant cette légende. La Morte d’Orfeo de Landi par exemple qui raconte la fin de vie du poète et qui est justement la suite du spectacle qui nous occupe : l’Orfeo de Luigi Rossi. Composé l’époque où Monteverdi offrait son Incoronazione di Poppea, on y retrouve la même structure alternant passages comiques et grande tragédie, la même puissance du texte et du théâtre. Cette production avait fait un triomphe la saison précédente à Nancy et Versailles déjà et pour notre plus grand plaisir voici qu’elle était proposée à nouveau avec exactement la même distribution. On retrouve donc toute la richesse de la partition magnifiée par une réalisation en tous points splendide. Continuer…

Fascinante Armide de Lully par Christophe Rousset

Marie-Adeline Henry dans le rôle d'Armide à Nancy

Marie-Adeline Henry dans le rôle d’Armide à Nancy

Si l’enregistrement des tragédies lyriques de Jean-Baptiste Lully est marqué par Atys dirigé par William Christie en 1987, Christophe Rousset aura finalement été beaucoup plus important en terme de découvertes : depuis quinze ans, il a proposé en premier enregistrement Persée (2001), Roland (2004), Bellérophon (2010) et quelques deuxièmes versions non sans intérêt pour la différence d’approche avec ses collègues baroqueux : Phaëton (2012, qui permet de comparer avec l’enregistrement de Marc Minkowski) et Amadis (2013) qui avait été révélé par Hugo Reyne. Ici, il s’attaque à la dernière œuvres complète de Lully, tragédie qui est considérée par beaucoup comme le sommet de la composition lullyste : Armide. Cet ouvrage a eu les honneurs de deux enregistrements par Philippe Herreweghe (1983 retiré de la vente par le chef, puis 1992) et le spectacle dirigé par William Christie avec Robert Carsen à la mise en scène (2008). L’œuvre est donc déjà bien pourvue avec deux versions qui peuvent prétendre à être de référence (et aussi un enregistrement dirigé par Ryan Brown en 2007), bénéficiant de distributions splendides dominées par deux immenses tragédiennes : Guillemette Laurens et Stéphanie d’Oustrac. La concurrence est donc rude pour Christophe Rousset et son équipe! Continuer…

Crebassa et Quintans : Baroque italien sacré!

Marianne Crebassa - Ana Quintans

Marianne Crebassa – Ana Quintans

Deux œuvres très connues et deux jeunes chanteuses (la soprano Ana Quintans et la mezzo Marianne Crebassa) très talentueuses, voici l’affiche de la soirée Salle Gaveau ! On ne présente plus le Stabat Mater de Pergolesi bien sûr, mais le rendu est toujours impressionnant par la variété des accents. Le Motet de Vivaldi se montre beaucoup plus extraverti dans la vocalise et les effets, mais le festival vocal donne vraiment vie à un sentiment de fureur. Enfin, découverte d’un certain Ferrandini pour une cantate sacrée qui tranche beaucoup par le style avec les deux contemporains. Avec un petit ensemble très engagé, les partitions prennent vie et donnent un cadre très virtuose aux deux chanteuses rassemblées. Continuer…

Voyage dans les Jardins de William Christie

Jardins_christiePour cette quatrième année, William Christie ouvre ses jardins et offre ses musiciens et chanteurs. La qualité est toujours au rendez-vous avec ce grand chef, et ce sera le cas dans tous les aspects. Durant tout une journée, l’on baigne dans un jardin recréant le style du XVIIIème siècle, avec des petits concerts au détour d’un bosquet ou d’autres plus grands sur des espaces aménagés. Le temps n’était pas au beau fixe pour ce 28 août, mais la musique sera un régal toute la journée, dans une ambiance particulièrement agréable. Toute la journée, les bénévoles et les cadres du festival sont là pour accueillir et orienter avec gentillesse et efficacité. Avec un atelier, des petites concerts d’une quinzaine de minute, le grand concert du soir et enfin un concert de musique sacré pour clore la journée, c’est un véritable voyage à la fois dans la musique d’un autre temps mais aussi dans un cadre totalement enchanteur et dépaysant. Continuer…

Castor et Pollux : Révolution par Pichon !

castor_pichonL’année 2014 était l’année Rameau… et plus particulièrement l’année Castor et Pollux puisqu’en France, l’œuvre a été montée à Paris (Hervé Niquet), à Dijon et Lille (Emmanuelle Haïm), et représentée en version de concert à Bordeaux, Paris et Montpellier (Raphaël Pichon). C’est à la fin de cette tournée de concerts à travers la France qui a été enregistré par les micros d’Harmonia Mundi. Durant le voyage, la distribution a varié petit à petit et si l’on retrouve certains noms communs entre toutes les dates, beaucoup de chanteurs ont changés. Mais il nous reste toujours par contre l’Ensemble Pygmalion qui rayonne d’un bout à l’autre, tant l’orchestre que le chœur. Comme il d’usage en ce moment, c’est la version remaniée de 1754 qui est donnée. Elle nous prive du prologue et simplifie l’intrigue, mais la musique se rapproche plus des splendeurs des Boréades que de la sobriété d’Hippolyte et Aricie. Alors que William Christie dominait la distribution avec la version de 1737, Raphaël Pichon se ménage une place au soleil par cet enregistrement. Continuer…