Encore une trouvaille chez Saint-Saëns : Ascanio

Si Camille Saint-Saëns est principalement connu comme compositeur d’opéra pour Samson et Dalila, il ne faudrait pas que ce grand succès cache les douze autres ouvrages. Surtout que la structure et le format de ce triomphe lorgne entre opéra et oratorio. Mais si on a vraiment l’impression de l’omniprésence de Samson, l’on se rend compte en regardant la liste que finalement… il n’y a bien que cinq opéras qui sont encore inédits au disque ! Les cinq datent plutôt de la fin de la carrière (mise à par Étienne Marcel de 1879) de Camille Saint-Saëns… mais les titres font rêver : Phryné (1893), Frédégonde (1895, fin de la composition suite à la mort de son auteur Ernest Guiraud), L’Ancêtre (1906) et enfin Déjanire (1911). Mais aujourd’hui, c’est un ouvrage juste antérieur à ces quatre là puisque nous avons enfin la possibilité d’écouter Ascanio qui fut créé en 1890. L’histoire de la création est assez trouble puisque Saint-Saëns devra subir non seulement des coupures… mais aussi la transposition d’un des rôles principaux du fait de l’absence d’une alto à l’Opéra de Paris. Et le pire est qu’il n’a appris ces changements qu’après la création étant donné qu’il était absent de Paris pour cause de maladie. Mais Guillaume Tourniaire (à qui nous devons déjà Hélène et un disque d’extraits orchestraux des Barbares, de Henry VIII, d’Étienne Marcel et justement d’Ascanio) a effectué un immense travail pour restituer la partition dans son état original afin que le public d’aujourd’hui puisse entendre l’opéra comme Camille Saint-Saëns l’avait rêvé… sans jamais pouvoir l’entendre lui-même malgré les quelques reprises. Grande passion pour un ouvrage passionnant ! Continuer…

Trio gagnant pour Samson et Dalila!

Créé en 1877 à Weimar, puis plus de dix ans plus tard à Paris, Samson et Dalila restera un ouvrage difficile à monter à cause de cet aspect assez proche de l’oratorio. Après une série de représentations la saison dernière à l’Opéra de Bastille, voici que la partition est de retour sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées mais cette fois dans le format d’un opéra en version de concert. Si la distribution de l’Opéra de Paris était internationale pour les rôles titres avec par contre des seconds rôles francophones, voici que se trouvent ici réunis trois chanteurs francophones à la diction exemplaire pour deux concerts d’exception. Après avoir chantés chacun de leur côté les rôles titres dans des productions scéniques il y a peu, voici que Marie-Nicole Lemieux et Roberto Alagna se retrouvent sur scène pour incarner ces deux personnages mythiques : elle avec la fougue emportée de la tragédienne qu’elle a démontré en Cassandre des Troyens et lui avec cette vaillance qui semble être sa marque de fabrique depuis quelques mois. Pour compléter le trio, Laurent Naouri était en Grand-Prêtre où toute sa noirceur peut se déployer. Restait la grande question du chef, qui venait en remplaçant de remplaçant… Continuer…

Devieilhe et Les Siècles, un bonheur ne vient jamais seul!

La carrière de Sabine Devieilhe semble être un modèle du genre. La chanteuse explore tous les répertoires mais en ayant soin de choisir les rôles qui conviennent à sa voix de soprano léger sans la forcer. Du baroque au répertoire contemporain, en passant bien sûr par le répertoire romantique français ! Et à ce titre, sa prise de rôle il y a quelques années dans Lakmé aura été un vrai tournant : non seulement elle s’est imposée dans le grand répertoire mais aussi a fait la rencontre de François-Xavier Roth lors de la production montée en janvier 2014 à l’Opéra-Comique. Après un récital consacré à Rameau puis un autre à Mozart, voici que la jeune soprano nous propose un disque tourné vers le répertoire romantique français (même s’il déborde un peu) que ce soit la mélodie ou l’opéra. L’axe central est bien sûr Lakmé et chef et chanteuse nous emmènent vers ces « Mirages » : orient ou folie, tout ici est irréel. Ce concert se base principalement sur le programme du récital paru il y a peu mais est enrichi par de belles pièces orchestrales soigneusement choisies par François-Xavier Roth dont on connait la curiosité dans ce domaine ! Continuer…

Renée Fleming, récital d’une grande artiste

S’il y a une ville où il fallait être en ce mardi 10 octobre 2017, c’était assurément à Paris tant les évènements étaient nombreux : face à la venue de Thomas Hengelbrock et Pavol Breslik à la Philharmonie de Paris, l’Opéra de Paris inaugurait la nouvelle production de Don Carlos avec rien moins que Jonas Kaufmann, Sonya Yoncheva, Ludovic Tézier, Elīna Garanča et Ildar Abdrazakov dans une mise en scène de Krzysztof Warlikowski… et Renée Fleming venait pour un récital avec piano au Théâtre des Champs-Élysées. Cette dernière a maintenant une place particulière parmi les divas de notre temps : discrète hors de la scène, mais toujours d’une grande intelligence et d’une curiosité sans borne, l’américaine s’est faite une place par son art du chant, mais aussi par cette classe qui lui est propre. Alors qu’elle a annoncé son retrait des opéras scéniques, elle continue à se produire en récital pour le plus grand plaisir d’un public fidèle… même si pour cette venue sur Paris, la salle du Théâtre des Champs-Élysées était loin d’être pleine : concurrence des autres salles, soirée de grève, peur du répertoire avec piano ? Les présents auront eu été récompensé de leur curiosité et leur attachement car Renée Fleming offre un récital de toute beauté ! Continuer…

Le Timbre d’Argent, encore un grand ouvrage de Saint-Saëns révélé!

Après Proserpine et Les Barbares, voici encore un ouvrage de Camille Saint-Saëns qui retrouve les honneurs de la scène. Mais ce Timbre d’Argent a un plus grand honneur car c’est en version scénique qu’il est restitué ici par l’Opéra-Comique et la Fondation Bru-Zane. Grand compositeur du XIXème siècle, Saint-Saëns a composé de nombreux opéras mais de nos jours seul Samson et Dalila reste vivace. Partition foisonnante, l’ouvrage repose sur un livret de Jules Barbier et Michel Carré… et l’on retrouve ici beaucoup d’aspects communs avec le Faust de Gounod et Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach. Le personnage diabolique y est central, et ce pacte avec le mal sont assez significatifs. Le compositeur en a profité pour créer une musique passionnante où se mêlent de nombreuses inspirations, avec en alliée du démon un personnage muet de danseuse. La présence de ce rôle muet apporte lui aussi une autre dimension à l’opéra du jeune compositeur et l’on reste saisi par la richesse d’inspiration constante ! Continuer…

Le retour de Samson et Dalila à Paris

Acte I : Anita Rachvelishvili (Dalila), Aleksandrs Antonenko (Samson)

Riche début de saison pour Camille Saint-Saëns car après Proserpine qui vient de retrouver la lumière des scènes à Munich et Versailles… l’Opéra National de Paris propose enfin une nouvelle production de l’opéra la plus connu du compositeur : Samson et Dalila. Ouvrage majeur du répertoire français qui eu des débuts difficiles mais obtient depuis une place certaine sur les scènes, il était tout de même anormal qu’il n’ait pas été programmé depuis maintenant vingt-cinq ans ! Si cela avait été pour faire découvrir d’autres partitions de Saint-Saëns entre temps pourquoi pas, mais non… le compositeur français était tout bonnement absent des scènes parisiennes. La réparation n’en est que plus méritée, d’autant plus qu’en fin de saison, c’est le très rare Timbre d’Argent qui sera monté à l’Opéra-Comique, alors que récemment est paru un enregistrement des Barbares. Celui qui a été conspué pendant un temps pour son académisme serait-il enfin de retour en grâces sur les scènes françaises ? Continuer…

Proserpine, la courtisane amoureuse de Saint-Saëns

proserpine1La tradition commence à s’établir solidement pour notre plus grand plaisir : chaque année le Palazzetto Bru-Zane offre dans l’Opéra Royal de Versailles une version de concert d’un ouvrage oublié du romantisme français. Après Cinq-Mars de Gounod en 2015 puis Dante de Godard en début de saison, c’est un opéra de Saint-Saëns qui va nous enchanter : Proserpine. Bien sûr, le titre fait immédiatement penser au personnage mythique de la fille de Cérès. Mais il n’en est rien ! Saint-Saëns nous fait découvrir au contraire une courtisane subissant les affres de l’amour non réciproque. Pour cette femme déchirée et violente, Véronique Gens se devait de montrer toute la démesure du personnage, bien loin de ses précédentes explorations d’ouvrages rares où elle campe le plus souvent des jeunes femmes nobles et douces avant tout. Il faut bien avouer que la curiosité pour cette soirée est multiple. Bien sûr il y a la partition qu’on espère au niveau des ouvrages magnifiques du compositeur (Samson et Dalila bien sûr, mais aussi Henry VIII, Hélène ou Étienne Marcel). Mais retrouver la grande Véronique Gens dans ce rôle de pécheresse et de femme dévorée par la passion est aussi une grande nouveauté… Continuer…