Anne Sofie von Otter : Barock is pop!

Anne Sofie von Otter est connue dans le monde entier pour la variété de son répertoire. Elle qui a connu la gloire avec le baroque (on pensera notamment à son Ariodante dirigé par Minkowski) n’a jamais cherché à rester sur son terrain de prédilection, osant tout dans la mélodie comme dans la chanson populaire… et allant jusqu’à des Wagner un peu contestés mais d’une grande intelligence. Car s’il est un mot que l’on peut raccrocher à la mezzo-soprano suédoise, c’est sans doute l’intelligence. Intelligence du texte bien sûr, mais aussi intelligence dramatique et musicale, qui fait qu’elle trouve toujours la nuance juste, la façon de prononcer qui offre toute sa force à un texte chanté. Après les années glorieuses qui lui ont permis de se lancer dans le romantisme le plus tardif (de magnifiques Lied von der Erde dirigés par Claudio Abbado), la voix a commencé à perdre un peu de sa superbe, le volume à réduire sensiblement, la tessiture à se tasser… alors, intelligence encore, la chanteuse est revenue à des répertoires mettant moins en avant la puissance et la vocalité, mais plus le texte et la nuance où elle reste reine. Ce concert plonge dans le baroque en grande partie et pour se faire, elle s’est entourée de deux jeunes musiciens considérés comme les plus virtuoses de leur génération sur leurs instruments respectifs : Thomas Dunford au théorbe et Jean Rondeau au clavecin. Continuer…

Castor et Pollux : Révolution par Pichon !

castor_pichonL’année 2014 était l’année Rameau… et plus particulièrement l’année Castor et Pollux puisqu’en France, l’œuvre a été montée à Paris (Hervé Niquet), à Dijon et Lille (Emmanuelle Haïm), et représentée en version de concert à Bordeaux, Paris et Montpellier (Raphaël Pichon). C’est à la fin de cette tournée de concerts à travers la France qui a été enregistré par les micros d’Harmonia Mundi. Durant le voyage, la distribution a varié petit à petit et si l’on retrouve certains noms communs entre toutes les dates, beaucoup de chanteurs ont changés. Mais il nous reste toujours par contre l’Ensemble Pygmalion qui rayonne d’un bout à l’autre, tant l’orchestre que le chœur. Comme il d’usage en ce moment, c’est la version remaniée de 1754 qui est donnée. Elle nous prive du prologue et simplifie l’intrigue, mais la musique se rapproche plus des splendeurs des Boréades que de la sobriété d’Hippolyte et Aricie. Alors que William Christie dominait la distribution avec la version de 1737, Raphaël Pichon se ménage une place au soleil par cet enregistrement. Continuer…