Tugan Sokhiev et le Bolchoï : Rimsky-Korsakov, Rachmaninov et Borodine à Paris

Déjà de passage l’année dernière pour une splendide Pucelle d’Orléans de Tchaikovsky à la Philharmonie, le Bolchoï et Tugan Sokhiev nous reviennent cette année pour deux concerts : un opéra et un concert symphonique sur le thème du printemps. Loin de proposer des ouvrages connus, le chef à choisi la très rare Pskovitaine de Nikolaï Rimsky-Korsakov. Remonter cet ouvrage sans mise en scène n’est peut-être pas le plus simple pour passionner les foules. Aussi, l’idée de la Philharmonie de Paris de le nommer Ivan le Terrible peut se comprendre, d’autant plus que c’est sous ce nom que l’opéra fut créé en France. Mais la confusion avec la partition de Sergeï Prokofiev est aussi sûrement voulue, de même que la mise en avant de cette figure assez mythique dans l’histoire russe. Le lendemain, toujours de la musique russe bien sûr, mais du Rachmaninov et du Borodine. Là encore, le chef ne cherche pas à faire dans le connu avec une cantate sur la venue du Printemps et une symphonie de Rachmaninov… le seul exemple d’ouvrage connu seront les Danses Povlovtsiennes extraites du Prince Igor mais dans la version avec chœur tout de même, ce qui est déjà un peu moins courant ! Continuer…

Mozart, Salieri et Iolanta à Tours

Il est rare de présenter des opéras russes en France en dehors des quelques uns les plus connus comme Eugen Onegin ou Boris Godounov. Alors il faut saluer le choix de l’Opéra de Tours qui a décidé de monter non seulement Iolanta de Tchaikovsky, mais surtout Mozart et Salieri de Rimsky-Korsakov. Ce dernier n’est que trop rarement mis en avant alors que ses ouvrages sont magnifiques. Bien sûr, les références sont mythiques pour ce petit opéra mais avoir la possibilité de voir sur scène ce duo de partitions est un vrai plaisir. Pour la distribution, l’Opéra de Tours à fait appel à des chanteurs slaves avant tout comme souvent dans ce répertoire mais chœur et orchestre sont de la maison. Pour trois représentations seulement, c’est un gros investissement pour l’institution et il semble que le public ait été au rendez-vous. Continuer…

Rimsky-Korsakov et sa Fille de Neige à Bastille

Enfin !! Après un Rimsky-Korsakov en version de concert à la Philharmonie la saison dernière, voici que le compositeur se voit offrir une nouvelle production sur la scène de l’Opéra de Paris. Avec Snegourotchka, nous n’avons peut-être pas la partition la plus personnelle et foisonnante du compositeur, mais enfin l’on peut vivre l’une de ses œuvres dans son intégralité. Il y a quelques saisons la rumeur parlait de Kitège et nous aurions alors eu l’un des chefs d’œuvres de Rimsky-Korsakov. Le choix de cet opéra semble assez étrange tant il est typiquement russe et marqué par la tradition là où d’autres de ses ouvrages sont plus épiques et dramatiques. Et à l’origine la distribution réunie semblait étrange avec la majorité des grands rôles tenus par des artistes non russophones. Mais deux annulations ont rendu cette troupe de chanteurs beaucoup plus homogènes même si l’on perdait un peu en éclat. De l’éclat justement on pouvait aussi en attendre du metteur en scène Dmitri Tcherniakov qui propose toujours un spectacle personnel et controversé.

Continuer…

Rimsky et sa Fiancée enfin à Paris

la_fiancee_du_tsarGrande soirée à la Philharmonie, puisqu’enfin nous était proposé à Paris un opéra de Rimsky-Korsakov. Bien sûr ce n’était qu’en version mise en espace dans une petite salle… mais tout de même quel plaisir d’entendre la magnifique musique de La Fiancée du Tsar. Pour l’occasion, Mikhaïl Jurowski a fait appel à de jeunes chanteurs russes régulièrement mis à l’honneur par les scènes de Moscou. Délaissant les contes mythiques ou chevaleresques, changeant totalement de sujet et de forme après la création de Mozart et Salieri, c’est sous le Tsar Ivan que Rimsky-Korsakov nous emmène non pas pour un grand drame historique mais pour assister au destin funeste d’une jeune fille aimée par trop de prétendant et qui en mourra. Inspiré d’un écrit de Lev Mey, il nous montre toutes les émotions possibles au travers de personnages magnifiquement dessinés et d’une musique toujours aussi passionnante. Le triomphe final prouve bien qu’une telle œuvre a toute sa place à Paris et qu’il serait bon de monter enfin des opéras de Rimsky-Korsakov en version scénique. Continuer…