Rimsky et sa Fiancée enfin à Paris

la_fiancee_du_tsarGrande soirée à la Philharmonie, puisqu’enfin nous était proposé à Paris un opéra de Rimsky-Korsakov. Bien sûr ce n’était qu’en version mise en espace dans une petite salle… mais tout de même quel plaisir d’entendre la magnifique musique de La Fiancée du Tsar. Pour l’occasion, Mikhaïl Jurowski a fait appel à de jeunes chanteurs russes régulièrement mis à l’honneur par les scènes de Moscou. Délaissant les contes mythiques ou chevaleresques, changeant totalement de sujet et de forme après la création de Mozart et Salieri, c’est sous le Tsar Ivan que Rimsky-Korsakov nous emmène non pas pour un grand drame historique mais pour assister au destin funeste d’une jeune fille aimée par trop de prétendant et qui en mourra. Inspiré d’un écrit de Lev Mey, il nous montre toutes les émotions possibles au travers de personnages magnifiquement dessinés et d’une musique toujours aussi passionnante. Le triomphe final prouve bien qu’une telle œuvre a toute sa place à Paris et qu’il serait bon de monter enfin des opéras de Rimsky-Korsakov en version scénique.

Belle surprise en arrivant dans la petite salle de concert de la Philharmonie de voir que le concert serait mis en espace. Non pas que l’œuvre soit très longue ou difficile à comprendre, mais apporter un peu de théâtre ne peut qu’aider les personnes non familières à apprécier l’ouvrage. Bien sûr, quelques détails manquent un peu de profondeur, mais on sent tous les participants très impliqués et les effets de lumière sont très bienvenus. Seule l’apparition un peu grotesque d’Ivan le Terrible en fin de deuxième acte semble de trop. Il aurait suffi d’un jeu de lumière pour signifier l’apparition de cette grande ombre au lieu de ce personnage couvert d’un manteau rouge.

Alors qu’il est une ombre dans toute la partition, Ivan le Terrible ne fait justement qu’une apparition muette durant tout l’opéra. Car le sujet n’est pas historique… c’est la passion que suscite Marfa qui est au centre du drame. Marfa est la fille d’un négociant, aimée du jeune boyard Ivan Lykov. Les deux amants se connaissent depuis l’enfance et se sont promis l’un à l’autre. Mais l’opritchnik Griaznoï convoite cette grande beauté au grand désespoir de son amante Lioubacha. Il va donc demander un filtre d’amour au médecin allemand Bomelius pour conquérir la belle. Rongée par la douleur et la jalousie, son amante va elle soutirer un poison au médecin. Ivan le Terrible est alors veuf pour la deuxième fois et cherche parmi des milliers de jeunes filles celle qui sera sa reine. Habillé en soldat, il croise Marfa et la terrifie… puis il la choisit au grand désespoir de tous ses prétendants. Mais Griaznoï a déjà versé la poudre qui doit lui apporter l’amour de la belle, sans savoir que Lioubacha l’a remplacée par le poison. Sous l’effet de ce terrible breuvage, Marfa sombre dans la folie alors qu’elle est déjà Tsarine. Griaznoï fait accuser Ivan Lykov et le tue avant de comprendre que la jeune fille est en train de mourir. Pris de remords devant la folie de celle-ci, il avoue sa perfidie mais Lioubacha lui révèle le subterfuge, s’offrant au poignard de l’opritchnik. Condamné à mort, Griaznoï assiste à la folie croissante de Marfa. Sombre histoire de jalousie et de pouvoir autour d’une pure héroïne, cet opéra donne naissance à des caractères bien marqués comme Griaznoï et sa noirceur d’âme, mais aussi la belle Lioubacha rongée par le doute et la jalousie, allant jusqu’au meurtre pour venger son amour perdu. Marfa semble totalement au-dessus de tous ces autres personnages, constamment lumineuse.

Rimsky-Korsakov a composé une musique passionnante car elle révèle de nombreux aspects. Dès l’ouverture, on retrouve la violence des opritchniki, la douceur de Marfa, la noirceur de Griaznoï et tout cela est rendu par des textures et couleurs totalement différentes à l’orchestre. Ménageant de nombreux airs pour tous les personnages, le compositeur va la aussi varier les formes avec des arias de Griaznoï et Lykov assez traditionnels, une chanson a capella de Lioubacha qui aura ensuite droit à une magnifique scène de désespoir… et puis l’apparition délicate de Marfa au deuxième acte qui se montre immédiatement avec des courbes mélodiques pures et délicates. Les parents de la jeune fille auront aussi de petits airs assez conventionnels mais de belle tournure. Le chœur se voit offrir lui aussi de forts beaux passages, principalement martiaux pour figurer les boyards et donc le pouvoir. Les duos et les airs qui parsèment la partition permettent de faire avancer l’action sans temps d’arrêt tout en nous donnant à entendre de superbes moments de musique.

Mikhaïl Jurowski a dirigé il y a quelques temps une assez belle Khovanshchina à l’Opéra Bastille. Si l’on retrouve sa passion pour cette musique, la direction montre aussi toujours une certaine lourdeur et un manque d’éclat parfois. Malgré tout, l’orchestre sonne superbement avec une vaste gamme de couleur et de nuances. La seule réserve vient de la salle qui ne semble pas vraiment de taille à rendre justice à la partition. En effet les élans les plus puissants de l’orchestre se trouvent trop majestueux pour le volume et deviennent très agressifs. Il aurait fallu plus d’espace pour que la musique puisse prendre tous ses aises. Ici on entendra régulièrement les cuivres de manière trop puissante et les cordes écrasées. Le chœur n’a pas le poids que pouvait donner un Moussorgsky dans ses œuvres, mais chaque intervention est bien menée, claire et précise même lorsqu’il faut mener de front plusieurs parties bien différentes dans un même pupitre.

De tous les solistes réunis, seul Maxim Mikhaïlov se montre décevant. Cette basse possède un beau charisme scénique mais la voix ne sonne pas. Alors qu’on nous fait revenir en mémoire le spectre de son grand-père et homonyme dans sa biographie (grande basse des années quarante et cinquante au Bolshoï, Pimène notamment dans l’enregistrement de Boris Godounov dirigé par Golovanov), on entend un timbre élimé et une projection déficiente. Ses rôles sont courts, mais dénotent par rapport au reste de la distribution. Dans le double rôle de la mère et de la gouvernante, Alexandra Dourseneva montre une voix d’alto assez abimée, mais qui sait ménager de beaux éclats. Le timbre est cuivré et seul un vibrato trahit les années. Alexandra Kadourina compose quant à elle une belle Douniacha, amie de Marfa. Le timbre de mezzo est franc sans être trop lourd pour ce petit rôle.

Celui qui fournira le poison est chanté par Marat Gali. Ce genre de rôle est régulier dans les opéras russes : un ténor au timbre assez ingrat. Et ce Bomelius se trouve très bien servi par un chanteur nuancé et assez bien chantant. Son personnage perturbe par une couleur de voix assez étrange, mais on aurait souhaité un peu plus de sous-entendus chez cet homme qui est trop dominateur à certains moments. Au contraire, Alexeï Tikhomirov se montre magnifique et d’une grande noblesse dans le rôle du père de Marfa. La basse possède une belle rondeur de voix sans pour autant qu’elle ne soit trop lourde. Magistral d’un bout à l’autre de son rôle, il est admirable dans son air plein de désespoir qui ouvre le dernier acte.

C’est Elchin Azizov qui ouvre l’opéra par le grand air de Griaznoï. Et dès les premières notes, on est frappé par le métal de la voix qui est percutante et noir. Le chanteur ne semble jamais en difficulté alors que cet air lui ménage des passages très tendus dans l’aigu. Son personnage pourrait être tout d’un bloc, mais le chanteur nuance ce méchant de belle manière. La violence qu’il dégage à certains moments est immédiatement rachetée par le ton bienveillant dont il va habiller de faux compliments. Le chanteur est impressionnant d’un bout à l’autre. Face à lui, la jeunesse d’Ivan Lykov est donnée par la voix d’Alexeï Tatarintsev. Le ténor étonne dans ses premières phrases car la voix semble ne pas beaucoup sonner… mais l’habitude prise, on découvre une certaine parenté dans le timbre avec un certain Sergeï Lemeshev. C’est en fait le manque d’habitude ce genre de voix qui perturbe… car une fois les premières minutes passées, on ne peut que rendre les armes devant la beauté du chant et les nuances musicales… Le personnage n’est guère développé, mais les passages que lui offre Rimsky-Korsakov sont splendides.

Mais les deux personnages les plus passionnants sont sans doute les deux femmes et même en premier lieu Lioubacha d’un point de vu dramatique. Agounda Koulaeva lui offre son superbe mezzo-soprano volcanique. La voix est large et puissante, jamais avare d’aigu alors que le grave manque peut-être encore un peu d’assise. Mais les deux premiers actes lui réservent des moments d’une grande force et aussi différents que l’air sombre a capella ou l’affrontement avec son amant Griaznoï. La chanteuse se joue des difficultés et se montre d’un grand charisme. La voix assume toute la tessiture mais ne se trompe jamais dans le personnage : nous sommes face à une jeune femme amoureuse et non un monstre. Elle garde ainsi toujours une féminité bienvenue.

Celle qui a droit aux plus beaux passages de l’opéra est bien sûr la belle Marfa, et c’est avec un instrument extrêmement délicat que Hasmik Torosian lui donne vie. Dès son entrée on est frappé par la pureté et l’apparente fragilité de cette voix qui lui permet tout de même d’affronter des moments plus tendus. Le petit grelot apporte une jeunesse au personnage qui pourrait manquer à une voix trop large. Et ses deux grands airs sont magistralement chantés. Le premier possède une belle pureté de ligne et un abandon certain. Mais c’est bien sûr la scène de folie qui marque le plus les oreilles. Tout au long de cette grande scène, la chanteuse sait se montrer évaporée ou terrorisée, mais toujours d’une ligne vocale parfaite. Musicalement magistrale, elle est aussi particulièrement touchante avec des demi-teintes splendides. Le rôle est épisodique et plus iconique que vraiment dramatique mais l’art de la soprano nous émeu et nous touche.

Mikhaïl Jurowski avait donc réuni autour de lui des chanteurs certes jeunes, mais tous parfaitement à l’aise dans leurs rôles, permettant à la partition de prendre vie avec un naturel confondant chez des chanteurs autant à l’aise dans le style et les personnages (presque tous avaient déjà chanté leurs rôles sur différentes scènes même en dehors de la Russie). La soirée aura peut-être révélé à certains une œuvre magistrale, mais elle aura été avant tout une grande soirée de musique et d’opéra. Rimsky-Korsakov s’est montré sous son meilleur jour ici et on attend maintenant avec hâte de pouvoir entendre sur une scène parisienne Sadko ou Kitège (pour être complet La Légende de la ville invisible de Kitège et de la demoiselle Fevronia..).

  • Paris
  • Salle de concert de la Philharmonie 2
  • 12 mai 2015
  • Nicolaï Rimsky-Korsakov (1844-1908), La Fiancée du Tsar, opéra en quatre actes
  • Mise en espace, Maxim Mikhaïlov
  • Vassili Stepanovitch Sobakine, Alexeï Tikhomirov ; Marfa Sobakina, Hasmik Torosian ; Grigori Griaznoï, Elchin Azizov ; Maliouta Skouratov, Maxim Mikhaïlov ; Ivan Sergueïevitch Lykov, Alexeï Tatarintsev ; Lioubacha, Agounda Koulaeva ; Elisseï Bomelius, Marat Gali ; Domna Ivanovna – Petrovna, Alexandra Dourseneva ; Douniacha, Alexandra Kadourina
  • Chœur de l’Orchestre de Paris
  • Orchestre National d’Île de France
  • Mikhaïl Jurowski, direction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.