Olympie, ou Spontini revisitant l’antique

olympie_frontespizioLe Théâtre des Champs Elysées a présenté il y a quelques saison La Vestale de Spontini… et voici de nouveau une œuvre du compositeur : Olympie. Si précédemment nous avions eu droit à une version scénique, c’est ici en version de concert comme toutes les productions ou presque du Palazetto Bru Zane qui donnent lieu par la suite à une parution en disque. Troisième grand ouvrage lyrique du compositeur pour la scène parisienne, le succès restera mitigé malgré une révision du final pour la reprise de 1826. Alors que la version originale de 1819 voyait Olympie et Statira se suicider avant que ne soit innocenté Cassandre, la version remaniée donne une fin joyeuse avec le mariage de Cassandre et Olympie. C’est cette dernière version qui est proposée par le chef Jérémie Rhorer. On se demande pour quelle raison le final original n’a pas été choisi, mais difficile de juger sans avoir entendu les deux possibilités. On pourrait rêver pour l’enregistrement que le disque propose les deux finaux afin de pouvoir comparer ! Continuer…

Le grand deuil d’Alceste par Olivier Py

Acte III : Véronique Gens (Alceste), Stanislas de Barbeyrac (Admète)

Acte III : Véronique Gens (Alceste), Stanislas de Barbeyrac (Admète)

Créée la saison précédente, cette production d’Alceste d’Olivier Py avait beaucoup fait parler d’elle… pour certains le principe des décors à la craie était magique et pour d’autres il ne soulignait qu’un manque cruel d’idée chez le metteur en scène. Décrié sur la scène de l’Opéra Bastille quelques mois après pour son Aïda, puis encensé pour son Dialogues des Carmélites au Théâtre des Champs Élysées, Olivier Py aurait-il donné trop en peu de temps ? A la vue de cette reprise (et après avoir apprécié la mise en scène de l’œuvre de Verdi), il semble que les commentateurs aient été bien difficiles car une grande poésie se dégage des images du metteur en scène. Alors que la saison précédente, Sophie Koch et Yann Beuron se partageaient les deux rôles principaux, c’est cette fois Véronique Gens et Stanislas de Barbeyrac (Léandre l’année dernière) qui donnent vie à l’œuvre de Gluck avec sensibilité et beauté. Continuer…

Franco Fagioli : Orfeo en manque de poésie

orfeo_equilbey0

Laurence Equilbey

Depuis quelques années, on voit un grand retour à la version originale de l’Orfeo de Gluck, et récemment, le rôle-titre a été interprété par deux grands contre-ténors : Franco Fagioli et Bejun Mehta. En 2013, le premier renversait Versailles par son interprétation. En 2014, le deuxième se révélait un Orfeo bouleversant dans un DVD ici commenté… C’est la même équipe de 2013 qui nous présente ici dans la petite salle de la Philharmonie de Paris l’Orfeo ed Euridice de Gluck. Sur instruments anciens, avec des chanteurs habitués au répertoire baroque et dans une salle de dimension humaine, on s’attendait à une grande soirée… mais l’espoir aura finalement été un peu déçu. Continuer…

Les Bayadères : Autre Catel, même réussite !

bayaderesCharles Simon Catel a eu la mauvaise idée de composer à une période trouble de l’histoire de France, devant changer de style au gré des changements de régime politique suite à la Révolution Française. Mais à cela, il a ajouté le titre de premier professeur d’harmonie du tout nouveau Conservatoire de Paris fondé en 1795. Et de fait, il restera dans les mémoires comme un grand pédagogue et théoricien (son Traitée d’Harmonie de 1802 restera longtemps un modèle) mais non comme un musicien artiste. Compositeur de circonstance lors des grandes fêtes révolutionnaires, il n’en fut pas moins un homme de théâtre et après nous avoir offert Sémiramis, le Palazetto Bru Zane nous donne à entendre Les Bayadères. Ces deux œuvres aux influences variées nous montrent combien le musicien était raffiné, fin et aussi très apte à créer une tension dramatique, cherchant des solutions que l’admiration de Gluck avait empêchée. Un novateur donc qui est heureusement rétabli de nos jours. Continuer…

Don Giovanni par Jacobs : Tellement logique !

don_giovanni_jacobsNourri depuis ma découverte de Don Giovanni par des versions « romantiques » de l’œuvre (Mitropoulos, Klemperer, Karajan, Furtwängler,…) je n’avais pas été convaincu par Harnoncourt. Mais voilà, je voulais tenter une version dite baroque de l’œuvre maintenant que le baroque m’a ouvert les bras. En voyant les critiques bonnes ou mauvaises sur la version de René Jacobs, je me suis laissé tenter. Je m’attendais à des tempi très vifs, un orchestre plutôt sec… en bref toute l’esthétique qu’on retrouve souvent quand un spécialiste du baroque se tourne vers Mozart et il n’en est rien ! Des voix plutôt amples, un orchestre rond et très nuancé, et des tempi très variés. Continuer…